Logo de l'OEP

Actualités 2014

UNESCO fait sien l'objectif de 2 langues en plus de la langue principale d'enseignement (1+2)

Mis à jour : 9 Mai 2014

Depuis le Conseil européen de Barcelone de 2002, l'Union européenne a pour objectif de former tous les élèves à 2 langues en plus de la langue principale d'enseignement.

Par une décision du 14 avril 2014, le Conseil exécutif de l'UNESCO vient de donner une portée mondiale à cet objectif.

Nous en donnons le texte complet ci-après.

Le Conseil exécutif,

1. Considérant que le multilinguisme contribue à la réalisation des objectifs énoncés dans la Charte des Nations Unies et dans l’Acte constitutif de l’UNESCO en favorisant le dialogue et la compréhension mutuelles, l’esprit de tolérance, le respect des identités et des cultures et la coopération entre les nations, et que l’éducation joue un rôle fondamental pour atteindre ces objectifs,

2. Conscient que les besoins d’un monde multilingue et multiculturel ne peuvent être satisfaits qu’en augmentant sensiblement la capacité des individus à communiquer entre eux, par-delà les frontières linguistiques et culturelles, et que cet objectif requiert la mise en œuvre de politiques linguistiques et éducatives ambitieuses et volontaires,

3. Rappelant la Déclaration universelle de l’UNESCO sur la diversité culturelle du 2 novembre 2001 qui souligne l’importance d’« encourager la diversité linguistique – à tous les niveaux de l’éducation, partout où c’est possible, et [de] stimuler l’apprentissage du plurilinguisme dès le plus jeune âge » mais aussi de « susciter, à travers l’éducation, une prise de conscience de la valeur positive de la diversité culturelle et [d’]améliorer à cet effet tant la formulation des programmes scolaires que la formation des enseignants »,

4. Rappelant également la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles du 20 octobre 2005 adoptée par l’UNESCO qui énonce que « la diversité linguistique est un élément fondamental de la diversité culturelle, et réaffirm[e] le rôle fondamental que joue l’éducation dans la protection et la promotion des expressions culturelles »,

5. Rappelant la résolution 30 C/12 de la Conférence générale intitulée « Mise en œuvre d'une politique linguistique mondiale fondée sur le plurilinguisme », et compte tenu du mandat spécifique qui a été confié à l’UNESCO, au sein du système des Nations Unies, de favoriser la paix, le développement économique, culturel et individuel par la coopération, l’éducation et la promotion du pluralisme culturel et linguistique, réaffirme les principes suivants et décide ce qui suit :

6. La diversité linguistique est un bien commun de l’humanité. Il revient en premier lieu à l'éducation de permettre l'accès du plus grand nombre à plusieurs langues ;

7. L’apprentissage et la maîtrise de plusieurs langues développent la compréhension interculturelle et l’esprit de tolérance. En favorisant les échanges, la coopération et la mobilité internationale, ils concourent au développement - économique, social et culturel - des sociétés. Ils doivent être rendus accessibles à toutes les catégories de la population, et notamment aux jeunes générations ;

8. Demande que des efforts supplémentaires soient déployés pour mettre en œuvre des politiques éducatives promouvant le plurilinguisme, en diversifiant et en faisant connaître l’offre linguistique des établissements d’enseignement appropriés, en encourageant, auprès des élèves comme des parents, l’apprentissage de plusieurs langues et en valorisant les compétences linguistiques des élèves ;

9. Encourage les États membres, le cas échéant, à prendre les mesures adéquates pour promouvoir l’enseignement des langues maternelles ;

10. Invite les États membres à s’efforcer de favoriser l’enseignement d’au moins deux langues autres que la langue principale d’enseignement au sein de leurs systèmes éducatifs respectifs ;

11. Encourage les États membres à œuvrer pour améliorer la qualité de l’enseignement des langues, notamment par : la formation des enseignants de langues ; l’élaboration de matériels pédagogiques ; la promotion des échanges entre les systèmes éducatifs des différents États ; des efforts pour encourager le recours aux technologies numériques dans la formation des enseignants et des apprenants de langues ;

12. Invite les États membres à s’efforcer de développer plus avant les indicateurs existants qui permettent la mesure, la certification et la reconnaissance mutuelle des niveaux linguistiques, de façon à faciliter la mobilité éducative et professionnelle, en particulier parmi les jeunes générations ;

13. Encourage les États membres à promouvoir la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine linguistique en s’attachant à promouvoir l’enseignement et l’utilisation des langues autochtones, là où celles-ci existent.