Logo de l'OEP

Actualités 2014

Plateforme de multilinguisme: la nouvelle Commission européenne et le Parlement européen devraient être défiés sur les politiques du multilinguisme

Mis à jour : 27 Jui 2014

31.03.2014 EAEA POLITIQUE PROJETS RAPPORTS

Les institutions européennes ont été critiquées sur leur capacité à s’occuper de multilinguisme en Europe. Le sujet a également été traité lors de la réunion de la Plateforme de la société civile sur le multilinguisme en mars. La plateforme examinera la question tout en redéfinissant ses objectifs.

Le rôle des institutions européennes dans la promotion de multilinguisme a été soulevé récemment par le président de la commission d’éducation et de culture du Parlement européen, Mme Doris Pack, qui a avoué au New York Times que les politiques de multilinguisme sont confrontées à une période d'indifférence parmi les institutions européennes.

Selon l'article, Mme Pack regrette l’indifférence du Parlement et  de la Commission dans la réalisation de cet objectif. Quant à la Commission, elle a déclaré que ce n'est pas seulement en raison du fait qu'il n'a pas de pouvoir sur les politiques des États membres, mais aussi parce que la politique était descendue dans la liste des priorités.

Selon le porte-parole de la Commission européenne pour l'éducation, la culture, le multilinguisme et la jeunesse, M. Dennis Abbott, l'Union européenne soutient fermement le multilinguisme et la diversité linguistique.

"De 2007 à 2013, la commission a dépensé environ 50 millions d'euros, soit environ 70 millions de dollars par an sur les projets d'apprentissage des langues", a-t-il déclaré au New York Times.

La société civile concernée par la reconnaissance du multilinguisme

La négligence des politiques de multilinguisme par les institutions européennes a été également soulevée lors de la réunion de la Plateforme de la société civile sur le multilinguisme qui s'est tenue à Bruxelles le 14 Mars. Les participants ont discuté les derniers développements de la politique du multilinguisme en Europe. En particulier, les mises à jour du processus d'évaluation des compétences en langues qui s'effectue dans le cadre du “Cadre européen de référence pour les langues”(CECRL) et de la méthode ouverte de coordination ont été discutées.

L'un des critères est que d'ici 2020, au moins 50 pour cent des jeunes de 15 ans atteignent le niveau de l'utilisateur indépendant dans leur première langue étrangère. Cependant, les participants à la réunion ont appris que la Commission est confrontée à des difficultés à le faire approuver par le Conseil de l'Union européenne.

Lors de la réunion, les membres de la plateforme ont également expliqué à la Commission leurs problèmes et les doutes sur les nouveaux programmes européens, à savoir Erasmus + et Europe créative, et leur mise en œuvre. La plate-forme appelle pour une plus grande attention au multilinguisme par le Parlement à être bientôt élu et par la Commission.

Un nouveau président - une nouvelle impulsion pour la plateforme du multilinguisme?

Au cours de la réunion, les membres de la plateforme ont également élu un nouveau président. Après 3 ans et demi de haut engagement dans le travail de la plateforme, M. Uwe Mohr, directeur du département de langue de la filiale de l’Institut de Goethe à Bruxelles, quittera Bruxelles pour devenir le prochain directeur de l'Institut Goethe de Buenos Aires, à compter du 1er Juillet 2014.

En tant que son successeur, la plateforme a nommé Mme Bessie Dendrinos, professeur de sociologie du langage et de l'enseignement des langues étrangères à l'Université nationale et capodistrienne d'Athènes.  Le nouveau président sera assisté par un comité de pilotage composé de Seán Ó Riain (Union européenne d’espéranto), Miguel Ángel Martín Ramos (Fondation  Académie Européenne de Yuste) et Cor van der Meer (Mercator - Centre de Recherche Européenne sur le Multilinguisme et l'Apprentissage des Langues).

En raison des défis exposés ci-dessus, la plateforme a décidé de saisir l'occasion de ce changement pour reformuler ses objectifs. Une enquête sera lancée pour surveiller les besoins et les propositions de chaque membre. Cela contribuera à décider sur une nouvelle stratégie d'action. Une fois établie, la plateforme également commencera sa promotion à travers un large public par le biais d'un site web et les médias sociaux.

La plate-forme de la société civile sur le multilinguisme est composée de la société civile et des représentants de la Commission européenne. Garder l'attention des institutions de l'UE sur le sujet et donner des idées sur la façon d'améliorer les politiques du multilinguisme au sein de l'UE sont les principaux objectifs de la plateforme.

Si vous souhaitez  de vous engager plus, veuillez contacter Francesca Operti, chargé du projet, à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Traduction: Ana Megrelishvili