Politiques linguistiques économiques

La Plateforme des entreprises pour le multilinguisme

Mis à jour : 17 Jui 2010

Commissariat européen au multilinguisme 17 juin 2010

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [English] [Español] [français]

En application des préconisations du rapport « le Multilinguisme, un atout pour l’Europe et un engagement commun », qu’elle a publié en 2008, la Commission européenne constitue la Plateforme des entreprises pour le multilinguisme.

Lire la suite

Un appel à intérêt a été ouvert sur le site de la Commission européenne en août 2009. Parallèlement à la Plate-forme, la Commission a lancé un appel à projet à publicité restreinte auquel sont appelés à répondre les organisations qui sont aujourd’hui membres de la Plate-forme, tel l’Observatoire européen du plurilinguisme (OEP). A partir de maintenant les équipes d’experts seront constituées en vue de la réalisation d’un programme de travail.

Lors de l’inauguration de la Plate-forme, le 22 septembre 2009, le commissaire européen au Plurilinguisme, M. Leonard ORBAN, a déclaré qu’« en offrant [ainsi] aux parties prenantes une occasion d’apporter un nouveau souffle au débat sur les langues et les entreprises, cette enceinte répond à un besoin largement exprimé. On peut espérer qu’elle favorisera une modification des comportements et qu’elle apportera des résultats durables. [M. Orban s’est réjoui] du grand nombre d’organisations qui se sentent prêtes à élaborer des politiques linguistiques, tant dans les entreprises que sur le marché du travail. »

Le commissaire a rappelé que lors de sa prise de fonctions, en 2007, il avait ouvert le chantier du multilinguisme dans l’entreprise « avec la conférence « Entreprises, langues et compétences interculturelles », [...] événement [qui avait] rassemblé plusieurs centaines de représentants d’entreprises, d’autorités locales et régionales et de linguistes issus, entre autres, du secteur éducatif. »

M. Orban précise enfin que la Plate-forme "pourra également se pencher sur d’autres questions intéressantes : comment favoriser la mobilité transfrontalière des travailleurs, ou encore l’évaluation des compétences linguistiques acquises en dehors des systèmes formels d’éducation. Mais il n’est ni de [s]a responsabilité, ni de celle de la Commission de fixer [l’]ordre du jour. La Commission souhaite que la Plate-forme travaille « en toute indépendance » et formule ses propres propositions afin de l’aider à passer des paroles aux actes. Selon M. Orban, en tant qu’organisations d’intérêt disposant de vastes réseaux, les membres de la Plate-forme possèdent un pouvoir considérable, à condition de mettre leurs ressources en commun et de faire entendre leur voix.

http://ec.europa.eu/education/langu...

Pour lire l’intégralité du discours du Commissaire européen et le rapport « Le Multilinguisme, un atout pour L’Europe et un engagement commun » :