Logo de l'OEP
Logo de l'OEP

Voulez-vous connaitre la langue de l’avenir ? Les données laissent supposer que cela pourrait être…le français


Mis à jour : 7 Juil 2014

Durant des siècles, le français était la langue officielle de l’érudition. C’était la langue de la diplomatie et des arts. Les aristocrates de la Russie Impériale parlaient le français, même entre eux, comme ce fut le cas de Tolstoi et de beaucoup d’autres intellectuels. En somme, pour quelqu’un qui souhaitait avoir une bonne instruction, le français était incontournable.

Depuis, les choses ont bien changé. Avec le déclin du français et l’essor de l’univers anglo-saxon, l’anglais est désormais devenu la lingua franca du monde. Cependant le français demeure une langue officielle au sein de plusieurs institutions internationales, des Nations Unies à l’Union Européenne ou encore au Comité Olympique (fondé par un Français), et apprendre le français conserve toujours un cachet particulier.

Le français est surement une belle langue, il n’en est pas moins que peu de personnes la qualifieraient d’utile, et d’aucun n’estimerait qu’elle soit la langue du futur. John McWhorter s’est porté parole de la population anglophone en écrivant un article qui a été très diffusé, intitulé « Cessons de prétendre que le français est une langue importante », qui visait à attaquer les programmes d’enseignement bilingues, très répandus dans les établissements scolaires de New York.

 


 Mais seulement voilà : les données laissent supposer que le français pourrait tout simplement être la langue du futur.

Le français n’est pas parlé que par les Français, et ce depuis bien longtemps. La langue se répand très vite, et dans les régions où la croissance démographique est la plus rapide au monde, notamment en Afrique Subsaharienne. Les dernières prévisions indiquent que le français sera parlé par 750 millions de personnes d’ici 2050.

Une étude réalisée par la banque d’investissement Natixis suggère même que d’ici là, le français pourrait être la langue la plus parlée au monde, devant l’anglais et même le mandarin.

La méthodologie de l’étude est quelque peu discutable, puisqu’elle inclut, parmi les francophones, tous les habitants des pays où le français est la langue officielle, ce qui ne sera certainement pas le cas. Et il est presque indéniable que l’anglais, en tant que seconde langue, restera la lingua franca (jeu de mots).

Cependant, les prévisions restent valables : le français reste une langue qui se répand très rapidement, une langue universelle. L’autre langue censée devenir la langue du futur : le mandarin,  qui en plus d’être extrêmement difficile à apprendre pour la plupart des occidentaux, risque de ne plus être une langue du futur compte tenu de sa situation démographique.
Entretemps, le français sera présent sur tous les continents, avec une présence particulièrement importante sur un continent qui, d’ici 2050, devrait connaitre la croissance économique la plus rapide : l’Afrique.

Si vous deviez désignez la langue du futur, vous n’auriez pas mieux choisi.

Traduction : Boutarfa Amina

Source : Forbes

Article original : http://www.forbes.com/sites/pascalemmanuelgobry/2014/03/21/want-to-know-the-language-of-the-future-the-data-suggests-it-could-be-french/