Logo de l'OEP

Politiques éducatives

L'apprentissage de la langue, mission première de l'école

Última actualización: 4 May 2006

Le plan Villepin et l'apprentissage du français 

Parmi les mesures annoncées par le Premier Ministre le 1er décembre en faveur de l'égalité des chances, certaines, essentielles, concernent la langue et ont été peu ou mal commentées.

L'apprentissage de la langue française (sous réserve de la langue maternelle quand celle-ci n'est pas le français) est la mission première de l'école car elle est la clé de tous les autres apprentissages. Cet apprentissage doit être l'axe prioritaire de toute lutte contre l'échec scolaire.

Parmi les mesures annoncées par le Premier Ministre le 1er décembre en faveur de l'égalité des chances, certaines, essentielles, concernent la langue et ont été peu ou mal commentées.

L'apprentissage de la langue française (sous réserve de la langue maternelle quand celle-ci n'est pas le français) est la mission première de l'école car elle est la clé de tous les autres apprentissages. Cet apprentissage doit être l'axe prioritaire de toute lutte contre l'échec scolaire.

Nous avons examiné toutes les réactions des organisations syndicales et des fédérations de parents d'élèves. A notre consternation, l'apprentissage de la langue ne semble pas une préoccupation. Seul Luc Bérille, secrétaire général du SE-UNSA regrette de ne pas trouver dans les mesures annoncées la mise en place d'une "stratégie plus globale de l'apprentissage de la lecture", qui devrait commencer "dès la maternelle".

Avec l'aimable autorisation de l'Agence Education Formation, voici ci-après l'extrait de la dépêche relative aux mesures du gouvernement pour l'égalité des chances en ce qui concerne l'école.

ÉCOLE

CE1. Outre une évaluation de leur maîtrise de la lecture et de l'écriture (L'AEF du 24/11/2005, 58630), les élèves de CE1 en difficulté bénéficieront d'un programme personnalisé de réussite éducative dans des groupes de "moins de dix élèves". Cet accompagnement sera, de plus, poursuivi "en dehors de l'école", avec la multiplication par deux des équipes de réussite éducative.

LECTURE. Gilles de Robien devra réfléchir "avec les enseignants et les spécialistes de pédagogie" à l'évolution nécessaire des méthodes de lecture, en particulier les méthodes globales ou assimilées. Dominique de Villepin demande des propositions dans ce sens "d'ici la fin de l'année".

ABSENTÉISME. Sur le volet de la lutte contre l'absentéisme scolaire, le Premier ministre, se démarquant de Nicolas Sarkozy (L'AEF du 24/11/2005, 58372), a dénoncé la suppression des allocations familiales, une "mesure à la fois injuste et inefficace". Dominique de Villepin souhaite en revanche "renforcer l'aide aux parents en difficultés, notamment pour la maîtrise du français". Par ailleurs l'initiative d'un "contrat de responsabilité parentale" (L'AEF du 01/12/200, 58630) reviendra aux chefs d'établissements, aux travailleurs sociaux et les départements. "Il offrira aux parents un soutien et un accompagnement social,et leur rappellera également leurs droits et leurs devoirs au regard de la loi", précise le Premier ministre. En cas de non-respect de ce contrat, sont prévues des amendes, la mise sous tutelle des allocations familiales ou la suspension de leur versement, placées dans un compte bloqué en attente d'une régularisation. Le président du conseil général, à travers les services sociaux du département, sera responsable de la mise en œuvre de ces décisions.

ZEP

Pour remettre à plat la carte des ZEP (L'AEF du 01/12/200, 58630), les moyens seront "concentrés sur les établissements où les difficultés sont les plus lourdes". La réforme de la formation des enseignants de ZEP prévoira une meilleure connaissance des publics scolaires, des méthodes de travail appropriées, "en particulier pour l'apprentissage de la langue française lorsqu'il s'agit de s'adresser à des familles non francophones". Le Premier ministre a également annoncé de meilleures conditions de carrière et de rémunération pour les enseignants en ZEP.