Logo de l'OEP
Logo de l'OEP

Langues futures : dialectes, monolinguisme, langues originaires (Appel)


Última actualización: 7 Dic 2009

Publié sur Fabula.org le 2 décembre 2009

Date limite : 10 janvier 2010

Dans le prochain numéro, Trickster va s'occuper du langage. Au cours des dernières années nous avons cherché de construire, dans notre travail de rédaction et grâce aux collaborateurs, un espace le plus possible ouvert et relationnel. Lieu de partage et d'écoute, cet espace force les frontières entre les savoirs, ce qui est indispensable à la formation et à l'épanouissement des pratiques interculturelles. Le langage étant le lieu où l'on s'expose à l'autre, on aurait du mal à établir une relation d'appartenance ou de propriété par rapport à celle qu'on appelle parfois, avec une expression révélatrice, «notre langue».

Pendant des siècles, notamment en ce qui concerne l'Italie, on a parlé de « question de la langue », la définition d'une langue étant strictement liée à la construction (certains diraient «l'invention») d'une identité et d'une communauté nationale, d'une Nation de frères dont l'essence commune serait le fait de partager la même «langue maternelle».

On voudrait essayer de se libérer de ces barrières rigides et parfois inquiétantes afin de ne pas proposer à nouveau une «question de la langue», en favorisant plutôt – à partir des différentes perspectives et points de vue – un dialogue sur le langage, la parole, les dialectes, le risque du monolinguisme et le défi du plurilinguisme, sur les nouveaux langages (langages urbains, internet, les argots, les créoles, les pidgins, les graffitis, les tatouages, etc.), sur les rapports de pouvoir et de domination qui traversent le langage de la politique et des législations, mais aussi sur les pratiques créatives du langage quotidien.

On va parler, donc, des langues futures. Avec cette formule, nous ne songeons pas – et nous souhaitons aussi que vous allez rendre cette représentation beaucoup plus vivante et vibrante – à la langue d'une espèce de communauté à venir, encore que multiethnique et multiculturelle. On entrevoit, en effet, beaucoup de dangers dans une telle perspective.

On préfère au contraire creuser, chercher d'explorer et de voir (même si tout n'est pas visible et la langue, comme le savent bien ceux qui traduisent et écrivent, est tissée d'opacité et de matérialité pas toujours malléables) ce qui, dans la pratique de la langue, se révèle non prévisible, perturbant, étranger, impossible à s'approprier; ce qui nous pousse inévitablement à une ouverture, souvent douloureuse et dangereuse, à la venue de l'autre, incessante et inévitable, parfois violente et dangereuse, mais de toute façon porteuse de transformations.

On voudrait traiter donc, sans prétentions de totalité mais avec beaucoup de curiosité, ce que signifie aujourd'hui, dans un contexte interculturel et transnational, le fait de pratiquer une seule langue ou plusieurs langues; ce que signifie l'«identité» des dialectes et la façon dont on peut les enseigner et les habiter; quelles transformations se produisent dans la langues et dans les imaginaires que celles-ci véhiculent et créent; quelles passions, souffrances, transformations et impulsions le rencontre avec une autre langue produit dans l'expérience de la migration.

On vous offre ici une série de questions et de provocations, que vous serez ensuite libres d'élargir et de modifier, suivant vos domaines de travail et de recherche.

 

- le monolinguisme en tant que risque
- la langue maternelle en tant que maison ou terrain à habiter
- désappropriation et polyphonie du langage
- langage de l'hospitalité et de l'hostilité
- langage et pouvoir: le plurilinguisme dans les contextes postcoloniaux
- l'expérience de la traversée des langues: l'expatriation et la migration linguistique
- dynamiques linguistiques et symboliques de la globalisation: babèle globale, domination de l'anglo-américain, défense des langues mineures et des dialectes
- «dialectes futures»: les alternatives politiques à la conception identitaire et essentialiste de l'usage des dialectes
- les paradoxes de la traduction: transparence et opacité de la langue
- la traduction comme condition essentielle de chaque pratique du langage et de l'écriture
- la puissance des nouveaux langages et du devenir linguistique métropolitaine
- les langages de la frontière et le langage comme frontière

Les auteurs sont invités à soumettre par courrier électronique ( Esta dirección de correo electrónico está siendo protegida contra los robots de spam. Necesita tener JavaScript habilitado para poder verlo. ) leur proposition d'intervention consistant en un résumé de 500 mots environs. Le sujet et le cadre théorique dans lequel l'intervention se situe ainsi que les relatives implications sur le plan théorique et méthodologique devront être clairement définies.

Nous invitons les auteurs à suivre strictement les normes rédactionnelles, indiquées à cet adresse:

http://trickster.lettere.unipd.it/doku.php?id=generale:contatti

 

Date limite pour la soumission des résumés: 10 janvier 2010
Notifications aux auteurs: 20 janvier 2010
Date d'échéance pour la réception des textes définitifs: 20 février 2010

Responsable : Trickster. Rivista del Master in Studi Interculturali dell'Università di Padova

Url de référence :
http://trickster.lettere.unipd.it