Logo de l'OEP

Recherche

Manifeste pour la défense du multilinguisme scientifique ES/ DE/ IT/ EN/ FR/ PT

Mis à jour : 3 Jui 2018

Le CEIPAC a lancé cette pétition adressée à Silvia Costa, Présidente de la Commission de la culture et de l'éducation, Jerzy Buzek, Président de la Commission de l'industrie, de la recherche et de l'énergie, Esther Rodríguez, du parti Esquerra Republicana de Catalunya, Espagne, Lucía Del Río, du parti Esquerra Republicana de Catalunya, Espagne, et Jean-Pierre Bourguignon, President du Conseil européen de la recherche.

José Remesal Rodríguez, professeur d'histoire de l'Antiquité, Université de Barcelone. Directeur du CEIPAC. IP du projet EPNet. Membre de la Real Academia de la Historia.

Ses recherches ont été publiées en sept langues (allemand, catalan, espagnol, français, anglais, italien, portuguais) et dans quatorze pays (Allemagne, Argentine, Autriche, Brésil, Espagne, Etats-Unis, France, Hollande, Hongrie, Royaume Uni, Israël, Italie, Portugal, Suisse).

e-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

1. (FR) Manifeste en défense du multilinguisme scientifique (Traduction en français: Yann Le Bohec)

Il est établi que, à tout moment de l’histoire, lorsque se nouent des relations entre différents peuples, l’aboutissement du processus est l’obligation de pratiquer une langue. C’est, en général, la langue du conquérant ou de la puissance économique dominante.
Il existe un premier niveau de communication, la langue quotidienne et de services, et il ne fait aucun doute
que l’anglais remplit aujourd’hui ces deux fonctions, un anglais simplifié avec un vocabulaire basique.
Il est incontestable que ce niveau de communication simplifie et appauvrit la langue, ce qui explique que les intellectuels anglophones commencent à se plaindre de cette évolution. Ils dénoncent le très mauvais niveau grammatical, syntaxique et conceptuel dans lequel sont
écrits de nombreux articles rédigés en anglais par des non
-anglophones.
Dans le domaine des sciences et des techniques, l’anglais s’est imposé comme véhicule de la communication scientifique.
Il y a deux raisons à cela: la première, c’est la domination technique des Etats-Unis d’Amérique; la deuxième, plus importante, c’est que la majorité du vocabulaire des sciences vient du latin ou du grec; c’est pourquoi les mots se ressemblent dans toutes les langues européennes. D’autre part, ces sciences disposent d’un métalangage; il existe des sigles que tout le monde comprend : Cu désigne le cuivre pour tous les scientifiques du monde, indépendamment de la langue qu’ils parlent. N’importe quelle équation s’écrit de la même manière dans toutes les langues du monde.
Cependant, dans le domaines des sciences humaines et sociales, où les nuances de la pensée ne peuvent être exprimées qu’à travers une vaste connaissance des mots et de leurs synonymes, un individu ne peut s’exprimer correctement que dans sa ou ses langues maternelles, dont
il connaît toutes les structures grammaticales et conceptuelles par lesquelles il exprime sa pensée. La volonté acharnée des technocrates en charge de la science européenne, qui désirent réduire toute la communication scientifique à n’employer qu’une seule langue, cause un rapide déclin des sciences humaines et sociales.

Texte de José Remesal Rodríguez Professeur d’histoire ancienne Université de Barcelone

e-m: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ses travaux ont été publiés en sept langues (Alemán, Catalán, Español, Francés, Inglés, Italiano, Portugués). Et dans quatorze pays (Alemania, Argentina, Austria, Brasil, España, Estados Unidos de Norteamérica, Francia, Holanda, Hungría, Inglaterra, Israel, Italia, Portugal, Suiza).

Traduction en français de Yann Le Bohec Professeur émérite de l’université Paris-Sorbonne e-m : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ses travaux ont été publiés en onze langues (allemand, anglais, US et GB, bulgare, chinois,

espagnol, français, italien, polonais, roumain, russe et suédois), et dans douze pays

(Allemagne, Angleterre, Bulgarie, Chine, Espagne, Etats-Unis, France, Italie, Pologne, Roumanie, Russie et Suède). Il a en outre traduit deux livres de l’italien en français.

Lire le texte entier

Leer más y firmar la petición

Version espagnole complète

Version française

Version allemande

Version italienne

Version portugaise

Version anglaise

Google Analytics Alternative