Logo de l'OEP

“Une vigilance constante” contre l'anglophonisation de la France

Mis à jour : 27 Jan 2019

Nicolas Gary - 03.01.2019

Patrimoine et éducation - Patrimoine - langue française apprentissage - anglais français usages - termes anglais France

Le français est peut-être parlé par plus de 300 millions de personnes sur les cinq continents, à travers 106 pays et territoires, mais il serait en recul dans l’Hexagone. Le français technique périt sous les coups de l’anglais, et ce par l’irresponsabilité affichée des grandes entreprises. Aux armes et au Bescherelle, citoyens !

La République tremble sous les assauts répétés des forces d’invasion linguistique anglosaxonnes : il ne suffit plus de devenir une start-up nation, il faudra bientôt le clamer. Le député Michel Larive (France insoumise - Ariège) avait ainsi interpellé le ministre de la Culture sur plusieurs points troublants, que relevait l’association Courriel.

Le Collectif unitaire républicain pour la résistance, l'initiative et l'émancipation linguistique lutte en effet contre l'anglophonisation de la France.

Une langue française malmenée

Par le menu, façon Prévert, cette dernière listait de multiples entorses : PSA et Renault qui font basculer leur documentation en anglais, ou encore la French Bank, service lancé par La Poste. De même l’apparition de In Annecy Moutains, pour désigner le Grand Annecy, jusqu’au OuiGo de la SNCF et sa variante, le InOui.

Dans le même temps, précisait-il, l’Éducation nationale impose l’enseignement en anglais de matières dès l’école primaire. Et ce, alors que l’article 2 de la constitution fixe le français comme langue de la République — ce que complétait la loi Toubon de 94 en soulignant que le français est la langue de l’enseignement.

Lire l'article