Logo de l'OEP

Appels à communication 2018

40e colloque international du GERAS 21-23 mars 2019 Université Panthéon-Assas – Paris 2 APPEL A COMMUNICATION

Mis à jour : 6 Sep 2018

40e colloque international du GERAS
21-23 mars 2019
Université Panthéon-Assas – Paris 2

APPEL A COMMUNICATION
Éthique et domaines spécialisés : place, fonctions et formes des considérations éthiques dans les langues-cultures de spécialité en anglais.

La recherche en anglais de spécialité a été abordée sous divers angles, mais les considérations éthiques et leur place, leurs fonctions et leurs formes dans les discours et dans les communautés concernées ne semblent pas avoir reçu l’attention qu’elles méritent. Or, bon nombre d’acteurs des domaines spécialisés disciplinaires ou professionnels se posent des questions d’ordre éthique, que ce soit au niveau de leur organisation, de leurs responsabilités, de leur positionnement ou de leurs relations avec la société en général : il leur faut justifier leurs décisions (Rawls 1987). On citera, en guise d’exemples, l’éthique juridique et les règles de déontologie des professions juridiques, la finance éthique, l’éthique des affaires, le
management éthique et les créations récentes de postes de Chief Ethics Officer dans les entreprises, l’éthique journalistique, politique, environnementale, sans oublier l’éthique en médecine, la bioéthique, l’éthique dans les sciences et les nouvelles technologies. Il s’ensuit que les notions d’éthique et de déontologie sont souvent associées de nos jours.

Certes, on pourra déplorer que le vocable « éthique » soit remis au goût du jour à l’heure actuelle en subissant un étirement de son sens véritable vers la notion d’éthique professionnelle ou d’éthique appliquée (Badiou 1993). L’époque moderne tend à ne plus opérer de distinction entre l’éthique aristotélicienne caractérisée par sa dimension téléologique (telos) et la morale kantienne marquée du sceau du devoir (deon), même si certains restent conscients de la distinction à opérer entre l’éthique (qui relève de règles personnelles que l’on a choisies, après avoir douté, médité et réfléchi à ce que signifie « la bonne vie »), et la morale, qui est imposée de l’extérieur et se définit par l’obligation de la norme, par des contraintes et des interdictions (Ricœur 1999). L’idée que « morale » semble avoir une connotation négative liée aux notions de « prescription » et de « devoir » explique sans doute la préférence actuelle pour le terme « éthique ». Un certain flou s’est ainsi installé entre éthique personnelle, éthique disciplinaire et éthique professionnelle.

Les discours spécialisés offrent une source riche en enseignements pour les chercheurs, dans la mesure où leur analyse exige que l’on tienne compte des communautés qui les produisent, des contraintes qui leur sont propres, et du contexte culturel, social, historique et communicationnel qui les motive.

Dans le cadre de ce colloque, les chercheurs en analyse du discours pourront s’appuyer sur des corpus de textes spécialisés pour identifier les formes linguistiques et syntaxiques qui sous-tendent les considérations éthiques, ou les aspects rhétoriques mis en œuvre pour servir les buts poursuivis et faire passer le message approprié.

Les linguistes pourront rechercher l’existence éventuelle de marqueurs permettant de déterminer si l’engouement actuel pour ce qui est « éthiquement correct » fait écho aux phénomènes du « politiquement correct » ou aux manifestations du « greenwashing ». Peut-on être soucieux de l’éthique  simplement en surface, pour faire bonne figure et, le cas échéant, comment cela se traduit-il dans les discours des milieux spécialisés ? Il sera également possible d’étudier plus précisément des genres textuels tels que les codes de conduite, les chartes et autres documents servant de support à l’expression de valeurs, de normes et de règles pour en faire ressortir la spécificité.

En matière de métaphores, se pose la question de l’impact potentiel que la vision du monde qu’elles transmettent peut avoir sur l’interlocuteur ou le lecteur. Indéniablement, le choix d’une métaphore n’est pas éthiquement neutre, en ce qu’il peut encourager ou décourager tel ou tel comportement ou telle ou telle approche. Comme le souligne Christian Walter (2012) à propos des modèles mathématiques en finance, on peut avancer que toute préférence métaphorique est potentiellement une préférence éthique. Le thème de ce colloque permettra aux spécialistes de terminologie de s’intéresser, en fonction des contextes, au flou conceptuel qui entoure la dénomination « éthique » en contexte spécialisé, en examinant les concepts connexes de valeur, vertu, norme, morale, code, etc. pour tel ou tel domaine ou sous-domaine de spécialité, soit sur l’axe synchronique, soit sur l’axe diachronique. L’analyse des arborescences conceptuelles, des éventuels glissements de sens, de la néologie en marche pourra aider à mieux prendre le pouls de la façon dont les milieux spécialisés s’efforcent de tenir compte des exigences de la société en matière d’éthique.

Les traducteurs spécialisés pourront aborder les questions d’éthique en s’intéressant aux conséquences des choix qu’ils opèrent pour transposer un texte d’une langue dans une autre pour un même domaine de spécialité, faire passer un message sans trahir la pensée de son auteur, ni les exigences du donneur d’ordre. Libre à eux de réfléchir à la dose de liberté qu’ils peuvent s’octroyer pour s’assurer que le public cible disposera de tous les outils et informations nécessaires pour comprendre le message que l’auteur du texte initial voulait transmettre.

Enfin, les chercheurs en didactique des langues-cultures de spécialité pourront trouver matière à réfléchir à diverses questions liées à l’éthique (RPPLSP/Cahiers de l’APLIUT 2013). Parmi les nombreuses pistes envisageables, il leur sera possible d’aborder l’éthique sous l’angle de la légitimité et de l’efficacité des méthodologies d’enseignement employées ou d’explorer les liens entre éthique, épistémologie et pragmatique, que ce soit au niveau de l’action ou de la réflexion (Le Moigne 2005). La « compétence éthique » à faire acquérir aux étudiants dans leurs divers parcours constitue un autre angle d’étude. Il sera également utile d’envisager la question éthique soulevée notamment en recherche-action quant au positionnement du chercheur, non seulement lorsqu’il a recours aux terrains d’autres praticiens pour recueillir des données (Macaire 2007), mais encore lorsqu’il doit prendre du recul par rapport à son propre terrain afin de ne pas invalider sa recherche.

Quels que soient le domaine spécialisé étudié et l’approche privilégiée, chacun pourra décliner à sa manière ce thème fédérateur qui invite à réfléchir à la place, aux fonctions et aux formes des considérations éthiques dans les discours spécialisés et les cultures des domaines de spécialité. Les organisateurs espèrent que les diverses pistes proposées, parmi d’autres possibles, retiendront l’attention de nombreux collègues, inspireront des contributions variées et nourriront des échanges  enrichissants.

Références
Aristote. Éthique à Nicomaque. Trad. J. Tricot. Paris : Vrin, 1994.
Badiou, Alain. L’éthique. Essai sur la conscience du Mal. Paris
: Hatier, 1993.
Kant, Emmanuel. Fondements de la métaphysique des mœurs. Trad.
V. Delbos. Paris : Delagrave. 1985 [1976].
Le Moigne, Jean-Louis. « Les enjeux éthiques de la didactique
des langues et des cultures n'appellent-ils pas un "nouveau discours
sur la méthode des études de notre temps" ? », Études de linguistique
appliquée (Ela), n° 140, 421-433, 2005/4.
Macaire, Dominique. « Didactique des langues et
recherche-action. Recherches en Didactique des Langues et Cultures »,
Les Cahiers de l’ACEDLE, 2007/4, 93-119.
Rawls, John. Théorie de la justice. Trad. C. Audard, Paris : Le
Seuil, 1987 [1971].
Ricœur, Paul. « Éthique et Morale ». Lectures tome 1, Autour du
Politique, Paris : Le Seuil, 1999.
RPPLSP/Cahiers de l’APLIUT, numéro spécial « Quelle place pour
l’éthique dans l’enseignement des langues de spécialité ? » n° 32 (2)
2013.
Walter, Christian. « Éthique et finance : le tournant performatif
», Transversalités n° 124, 29-42, 2012.

Modalités de soumission
Les propositions de communication sont à adresser en anglais ou en
français via le site EasyChair (disponible prochainement, un nouveau
mail sera envoyé lorsque le lien sera opérationnel) avant le 15
novembre 2018. Elles comporteront un titre, un résumé d'environ 300
mots, ainsi que les coordonnées du/des intervenant(s).

GERAS 40th International Conference
21-23 March 2019
Université Panthéon-Assas – Paris 2

CALL FOR PAPERS
Ethics and specialised domains: the place, functions and forms of
ethical considerations in specialised varieties of English

Specialised varieties of English have already been approached by researchers from a number of angles, but it seems that ethical considerations, and their place, functions and forms in the discourse of specialised communities have been under-investigated. Yet, a great many members of disciplinary or professional milieus ask themselves ethical questions about the organisation they work for, their responsibilities, their positioning or their relationships with society at large: whatever they do, they must be able to account for their decisions (Rawls 1987). Examples of such preoccupations are quite common today in such fields as legal ethics and the codes of conduct of the legal professions, ethical finance, business ethics, management ethics with the emergence of Chief Ethics Officers in the corporate world, in addition to journalistic, political and environmental ethics — not to mention medical ethics, bioethics, and ethics in science and the new technologies; as a result, ethics and deontology are often associated.

It is true that the current use of the word ‘ethics’ tends to stray from its original meaning, which may be regretted: it increasingly refers to professional or applied ethics (Badiou 1993). Nowadays the distinction between Aristotle’s ethics, with its teleological dimension (telos), and Kant’s moral theory, with its focus on duty (deon), has been blurred; still, some people do feel the need to distinguish between ethics — pertaining to individual rules that have been self-imposed after much questioning and meditating on what “a Good Life” really means — and morals, which are imposed from the outside and can be defined as the obligation to respect norms, heed constraints and play by the rules (Ricœur 1999). The mere idea that ‘morals’ might have a negative connotation linked with the notions of ‘requirement’ and ‘duty’ no doubt accounts for today’s preference for the term ‘ethics’: hence the confusion between individual, disciplinary, and professional ethics. Specialised discourse can yield a wealth of information for researchers since its analysis requires taking into consideration the communities that produce it, their own specific constraints and communicative purpose, in addition to the cultural, social, historical contexts in which discourse is produced. This conference will be an opportunity for researchers interested in discourse analysis to draw on specialised corpora in order to identify the linguistic or syntactic forms underpinning ethical considerations, or the preferred rhetorical tools used for conveying the appropriate message and reaching the desired goals. Linguists will be able to seek specific markers likely to determine whether the current interest for what is ‘ethically correct’ runs parallel with ‘politically correct’ concerns or even ‘greenwashing’ practices. Some claims about ethics may well be superficial. If so, what linguistic devices are used to support such deceptive attitudes, and how can they be detected in the discourse of specialised milieus? Special attention can also be paid to genre analysis: codes of conduct, charters and other documents meant to assert values, or define norms and rules will surely be of interest, and their specificity can be highlighted. For those interested in metaphors, the question of the potential impact of these tropes can be raised, in so far as the worldview they convey can influence the reader or targeted public. The choice of a metaphor is never innocent, in that it can guide people’s reactions and attitudes. As Christian Walter (2012) — when commenting on mathematical models in finance — insists, any metaphorical choice is potentially an ethical one. The theme of the conference will also enable specialists of terminology to study the conceptual fuzziness of the term ‘ethics’ in specialised contexts, paying special attention to neighbouring concepts such as value, virtue, norm, morals, code, etc. in a given specialised field or sub-field, either on the synchronic or the diachronic axis. Studying conceptual networks, possible shifts in meaning, or neology-in-the-making, may also help researchers apprehend specialised milieus’ efforts to meet the requirements of society as far as ethics is concerned. For translators of specialised discourse, the issue of ethics may be approached from a different angle, that of the consequences of the choices they make when translating a text, when trying to convey the
original message without betraying its author’s intention, or failing to meet the requirements of their client. They may also reflect upon the amount of freedom translators can afford: how to combine such freedom with the duty to make sure that the targeted public has all the necessary tools and information to understand the message the original author meant to convey?
Researchers interested in the didactics of specialised varieties of English (SVEs)—and in sensitising would-be teachers and researchers to the specific culture of the relevant domains — are invited to choose among a number of questions pertaining to their strand of research with respect to the theme of the conference (RPPLSP/Cahiers de l’APLIUT 2013). For example, they may wonder about the legitimacy and efficiency of their teaching methodology, or explore the relationships between ethics, epistemology and pragmatics, from the perspective of either action or reflection (Le Moigne 2005). The theme can also be approached from the perspective of the ethical competency with which teachers should endow their students in the various branches of activities for which the latter have chosen to prepare. Another question worth investigating is the ethical problem raised when conducting action-research projects in terms of the researcher’s positioning: failure to take the right distance from one’s results might invalidate one’s research, not to mention situations when the research includes other researchers’ data (Macaire 2007). Whatever the domain or the approach, researchers in specialised varieties of English will find food for thought in the unifying theme of this conference, reflecting on the place, functions and forms of ethical considerations in specialised discourse, cultures, and communities. It is to be hoped that the various suggestions mentioned here, to which many more may be added, will attract the interest of many researchers, inspire a rich array of approaches, and feed enriching debates.

References
Aristote. Éthique à Nicomaque. Trad. J. Tricot. Paris : Vrin, 1994.
Badiou, Alain. L’éthique. Essai sur la conscience du Mal. Paris
: Hatier, 1993.
Kant, Emmanuel. Fondements de la métaphysique des mœurs. Trad.
V. Delbos. Paris : Delagrave. 1985 [1976].
Le Moigne, Jean-Louis. « Les enjeux éthiques de la didactique
des langues et des cultures n'appellent-ils pas un "nouveau discours
sur la méthode des études de notre temps" ? », Études de linguistique
appliquée (Ela), n° 140, 421-433, 2005/4.
Macaire, Dominique. « Didactique des langues et
recherche-action. Recherches en Didactique des Langues et Cultures »,
Les Cahiers de l’ACEDLE, 2007/4, 93-119.
Rawls, John. Théorie de la justice. Trad. C. Audard, Paris : Le
Seuil, 1987 [1971].
Ricœur, Paul. « Éthique et Morale ». Lectures tome 1, Autour du
Politique, Paris : Le Seuil, 1999.
RPPLSP/Cahiers de l’APLIUT, numéro spécial « Quelle place pour
l’éthique dans l’enseignement des langues de spécialité ? » n° 32 (2)
2013.
Walter, Christian. « Éthique et finance : le tournant performatif
», Transversalités n° 124, 29-42, 2012.

Submission Guidelines
Paper proposals should be sent via the EasyChair website (another
email will be sent when the link is available) before November 15 2018
and should include a title, a 300-word abstract and the names,
affiliation and contact details of the speaker(s).

--
Fanny Domenec
Maître de conférences en anglais économique et financier
Coordinatrice des enseignements d'anglais pour le Département
Information-Communication
Université Paris 2 - Panthéon Assas
CeliSo, EA 7332 - Sorbonne Université