Créé en 1999 l'Observatoire des pratiques linguistiques de la DGLFLF, a pour objectif de recenser, de développer et de rendre disponibles les savoirs relatifs à la situation linguistique en France. Il a également pour but de faire mieux connaitre un patrimoine linguistique commun, constitué par l'ensemble des langues et des variétés linguistiques parlées en France, qui concourent à la diversité culturelle de notre pays.

L'activité de l'observatoire s'organise autour de trois axes :

  • Le soutien à des travaux d'étude et de recherche, la coordination et l’organisation en réseaux de ces travaux.
  • La diffusion des informations recueillies auprès des spécialistes, des responsables de politiques publiques et du large public.
  • La conservation, la constitution, la mise à disposition et la valorisation de corpus oraux enregistrés. Ces corpus constituent un outil de travail pour la recherche, mais acquièrent également, avec le temps, un caractère patrimonial.

 

Depuis 1999, l'Observatoire a procédé à quatre appels à propositions thématiques (en 1999, 2000, 2001 et 2005) .
En dehors des appels à proposition, l'observatoire soutient également plusieurs projets ou programmes de recherche.

Dans ce cadre, depuis 2004 l’activité de l’Observatoire a porté en priorité sur les corpus oraux enregistrés. Cette priorité s’est traduite

  • Par un partenariat avec le CNRS sur un programme visant à la conservation, la constitution, la mise à disposition et la valorisation de corpus oraux.
  • Par la rédaction d’un Guide des bonnes pratiques (à la fois juridique et technique) sur les corpus oraux. Ce guide, dont la parution est prévue en 2006, est le résultat de l’activité d’un groupe de travail mis en place par la DGLFLF.

 

Deux nouveaux axes de travail ont été ouverts en 2005 :

  1. La langue des signes française (LSF) : ce nouveau chantier s’est traduit par le lancement d’un appel à propositions portant sur les deux thèmes suivants : Pratique effective de la langue des signes dans la société civile et LSF, langue française et surdité.
  2. Pratique linguistique et pratique religieuse
    Ce nouvel axe de travail s’est traduit par un programme en partenariat avec l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS). Des contacts sont en cours avec d’autres partenaires possibles.

La première phase d’activité de l’Observatoire a consisté à mobiliser les chercheurs et à favoriser l’émergence de réseaux. La seconde phase consiste à créer des espaces nouveaux de diffusion de l’information et d’échange avec les décideurs, les acteurs sociaux, les acteurs culturels soucieux de disposer de données scientifiques.
Pour cela, un bulletin triannuel, Langues et Cité, a été créé.