Logo de l'OEP
Logo de l'OEP

L’identité de l’Europe, c’est la traduction (Camille Toledo et Heinz Wismann dans Le Monde)


Ultima actualizare: 6 Iul 2014

Le Monde du 25 juin 2014

A l’heure où l’Union européenne (UE) prend conscience des résultats des élections, marquées par l’abstention et la montée des partis d’extrême droite, essayons de nous dégager de l’horizon des peurs et du ressentiment pour envisager l’avenir. Sur une longue période, nous savons qu’une union politique européenne ne sera acceptable qu’à condition de voir émerger un dêmos européen : une nation par-delà les nations. L’UE a besoin d’un peuple, sans quoi il ne restera de la démocratie que le kratos, le pouvoir. C’est cette absence de peuple, de nation européenne, qui conduit au triomphe des souverainistes et des populistes, à ce mouvement massif de reterritorialisation identitaire. Or c’est cette absence, désormais, qu’il faut convoquer, établir et penser : rendre à la présence le peuple européen absent.

Quiconque croit au projet européen pour le XXIe siècle doit se poser la question de la langue et de son articulation avec l’idée de « nation européenne ».

Quelle serait donc la langue d’une telle nation par-delà les nations ? Nous savons, à l’issue des révolutions et des guerres du XIXe et du XXe siècle, que la nation est un monstre à deux têtes : émancipatrice, comme ce fut le cas en 1848 à travers l’Europe, elle est souvent hideuse, se repliant sur elle-même, sur ses particularismes. Le repli est à l’œuvre dans l’Europe contemporaine, à l’échelle des Etats et de l’UE comme ensemble clos, comme forteresse. Il n’y a donc pas le « retour des nations » d’un côté et le projet européen de l’autre. Ils marchent ensemble comme ce monstre à deux têtes. Mais c’est l’Europe dans son ensemble, depuis la guerre en ex-Yougoslavie, qui se dirige vers la droite et l’extrême droite. A vous l’identité ! disent les traités européens aux Etats (le retour aux nationalismes fermés, clos), et à nous les flux, la dérégulation et la concurrence (le compromis libéral et sécuritaire de l’UE) !

Lire tout l'article