Logo de l'OEP

D’où viennent les nouveaux mots de la langue française ?

Mis à jour : 24 Mar 2019

Par William Audureau Publié le 22 mars 2019 à 17h13 - Mis à jour le 22 mars 2019 à 18h24 - Préparatifs avant le dix-huitième Sommet de la francophonie, qui s’est tenu les 11 et 12 octobre 2018 à Erevan, en Arménie. KAREN MINASYAN / AFP

« Disrupter », « babache », « teriyaki »… les nouvelles entrées des dictionnaires témoignent d’une langue très influencée par l’anglais californien, et aussi d’une grande inventivité.

Trois cents millions de locuteurs à travers les cinq continents, cinquième idiome le plus parlé au monde, second le plus enseigné… la langue de Molière et d’Orelsan rayonne, s’est félicité le ministère de la culture en ouverture de la Semaine de la langue française et de la francophonie, qui se déroule du 18 au 24 mars.

Et pourtant, nombreux sont ceux qui s’affolent de son supposé affaiblissement. « Halte au globish ! », écrivaient une centaine d’écrivains, essayistes, artistes et journalistes dans une tribune publiée par Le Monde le 26 janvier, face à la redoutable « shakespearisation » qui menacerait notre langue.

Certes, les anglicismes fleurissent dans le langage courant. Mais ce n’est pas pour autant qu’ils font leur entrée dans les dictionnaires, qui agissent avec prudence, comme l’explique Carine Girac-Marinier, directrice éditoriale du Petit Larousse :

Lire l'article