Logo de l'OEP

Anglicismes

Conséquences sémantiques, syntaxiques, culturelles de l’emploi d’anglicismes...

Last Updated: 21 Feb 2012

... en français

par Myriam de Beaulieu
Interprète de conférence (français, russe, anglais) et étudiante en doctorat de linguistique

Introduction

Les langues se sont toujours nourries mutuellement d’emprunts au fil des siècles. Mon sujet porte sur l’extraordinaire accélération récente de l’apparition des anglicismes en français, notamment dans les médias, via Internet, due à la globalisation de la communication. Une grande partie des textes publiés sur la Toile sont traduits de l’anglais. Or, les traductions sur Internet ne sont pas toujours faites par des traducteurs professionnels et comportent des anglicismes.

J’ai cru utile de vous informer de mon travail de recherche dont le volet pratique est mon glossaire de suggestions pour éviter les anglicismes en français, mais la même problématique existe en russe, en espagnol etc. Voici les grands axes de mon raisonnement avant de vous proposer de consulter mon glossaire sur la page francophone du site des Nations-Unies.

Pour lire le texte de Myriam de Beaulieu, cliquez ici...

Présentation de l'auteur par elle-même

J'ai commencé mon doctorat de linguistique dans le cadre d'un premier congé d'études pendant lequel j'ai rédigé un rapport en 2010 : Multiplication des emprunts à l’anglais et accélération de l’évolution du français contemporain que je n'ai pas completé depuis.
En revanche, j'ai enrichi mon glossaire de suggestions pour éviter les anglicismes, issu de mon rapport. C'est le volet pratique de ma recherche. Il est afffiché sur la page francophone du site des Nations-Unies
Pour en savoir plus encore sur mes travaux, (toujours sur le deuxième lien indiqué ci-dessus) cliquez sur
- "Langues et diversité culturelle" pour lire mon article "Les langues nous parlent, écoutons-les!"
- "Multimedia", puis, "Multilinguisme" pour écouter mon entretien "Les langues nous parlent" où j'explique que le statut de locuteur est menacé par la maitrise moindre de la langue maternelle.
On peut aussi lire le résumé de mon exposé au colloque organisé par l'EHESS à Paris le 10 mai 2010.