Logo de l'OEP
Logo de l'OEP

Pourquoi est-il préférable d'étudier l'allemand et le français à l'école plutôt que l'anglais ? (Michele Gazzola, Corriere della sera)


Last Updated: 5 Jul 2020

C'est un faux mythe que tout le monde en Europe parle anglais : plus de la moitié des Européens ne le connaissent pas. D'autant plus qu'avec le départ de Londres, il est essentiel d'étudier les deux véritables langues fortes de l'Union : ceux de la locomotive franco-allemande.

par Michele Gazzola*

*School of Applied Political and Social Sciences, Université d'Ulster, Irlande du Nord

Corriere della sera, 2 juillet 2020

La question de la politique linguistique ne semble pas recevoir une attention suffisante dans les nombreux débats et initiatives visant à encourager la relance du pays qui vient de sortir de l'urgence du coronavirus. Nous savons qu'il ne peut y avoir de reprise réelle et durable sans de nouveaux investissements substantiels dans l'éducation, et donc dans l'enseignement des langues, mais il manque une vision stratégique qui tienne compte des profonds changements survenus ces dernières années et de ce que la crise économico-sanitaire a mis en évidence. Cela signifie que pour différentes raisons, il est maintenant nécessaire de diversifier les compétences linguistiques de la population en investissant davantage de ressources dans l'apprentissage de langues autres que l'anglais, et en particulier l'allemand et le français.

Les trois mythes de l'anglais global

Dans l'école italienne, l'enseignement de l'anglais est hégémonique, tandis que les autres langues sont reléguées à un rôle marginal. Cette hégémonie repose sur trois mythes, tous infondés. Le premier est qu'il s'agit d'une langue désormais parlée par tout le monde, alors qu'au contraire une grande partie de la population européenne et mondiale ne la connaît pas ou la pratique un peu. Selon les données officielles d'Eurostat, l'agence européenne des statistiques, dans l'Union européenne sans le Royaume-Uni, qui est désormais sortant, le pourcentage de habitants qui déclarent être de langue maternelle anglaise ou connaître cette langue à un très bon niveau ne dépasse pas 10 %. Plus de la moitié de la population européenne ne parle pas cette langue, et la situation ne devrait pas s'améliorer beaucoup dans un avenir proche, étant donné que dans la majorité des cas, le niveau de compétences réellement acquis par les enfants à l'école est médiocre. La première enquête sur les compétences linguistiques menée par la Commission européenne en 2012 dans les collèges et les premières années du secondaire a révélé que seuls quatre enfants sur dix parviennent à avoir une conversation simple dans la première langue étrangère étudiée (généralement l'anglais).

Le deuxième mythe est qu'il s'agit d'une langue absolument indispensable dans le monde du travail. Cependant, selon les données de l'Institut italien des statistiques, seul un cinquième de ceux qui prétendent connaître l'anglais en Italie l'utilisent effectivement au travail tous les jours ou au moins une fois par semaine. En Allemagne, selon les données de l'Institut allemand de recherche économique, seules 18 % des personnes actives qui disent connaître l'anglais l'utilisent souvent ou toujours pour le travail, tandis que les 82 % restants ne l'utilisent jamais, ou l'utilisent rarement ou seulement parfois. En bref, il existe un décalage entre la perception de l'anglais comme un outil de travail essentiel et la simple réalité des données qui montrent que les Européens continuent à vivre et à travailler dans une large mesure dans leurs langues nationales : des langues, pour être clair, que nous devons donc étudier et connaître si nous voulons avoir accès à ces marchés.

Et cela nous amène au troisième mythe, qui est que l'hégémonie de l'anglais est l'horizon incontournable de la mondialisation et du processus d'intégration européenne. Elle est plutôt le résultat d'un processus historique influencé par des choix antérieurs en matière de politique linguistique et par des rapports de force qui changent avec le temps. Il est désormais clair que la mondialisation et la voie de l'intégration européenne ont subi des revers ou des ralentissements importants, tout comme on ne peut pas ignorer que cela s'est produit avec la contribution décisive des grands pays anglophones. Les tensions commerciales entre les États-Unis et l'Union européenne et le retrait progressif annoncé de certains soldats américains d'Allemagne montrent que le soutien des États-Unis à une Europe unie est tout à fait différent de celui dont a fait preuve notre plus grand allié à l'époque de l'Union soviétique. Le Royaume-Uni, pour sa part, a voté à deux reprises pour la suppression des mouillages dans la Manche (référendum en juin 2016 et élections générales en décembre 2019). Enfin, les réactions à l'épidémie de coronavirus ont révélé que la propagation de l'anglais en Europe n'affecte en rien l'émergence d'un sentiment de solidarité continentale. Les pays où la connaissance de l'anglais comme langue étrangère est très répandue, c'est-à-dire le groupe dit "frugal" (Pays-Bas, Suède, Danemark et Autriche), n'étaient-ils pas farouchement opposés à toute forme de solidarité financière avec les pays les plus touchés par l'épidémie, tels que l'Italie ou l'Espagne ?

Pourquoi investir dans l'apprentissage de l'allemand et du français ?

Du point de vue italien, il est donc nécessaire de prendre conscience du nouveau contexte et de ses implications pour la politique linguistique du pays. Nous ne voulons pas ici diminuer l'importance de l'anglais, dont l'enseignement doit certainement être maintenu et amélioré, ni sous-estimer l'importance d'autres langues largement répandues comme l'espagnol ou le chinois (ni, faut-il ajouter, nier la valeur des langues minoritaires protégées par la loi ou des langues auxiliaires comme l'espéranto). Mais il faut se rendre compte qu'en Italie, on investit trop peu dans l'apprentissage des deux principales langues de l'Europe continentale, à savoir l'allemand et le français. La première est connue comme une langue étrangère par seulement 6% de la population italienne, mais généralement au niveau élémentaire. La seconde jouit encore d'une certaine diffusion, mais au cours des deux dernières décennies, elle a subi une réduction spectaculaire de son enseignement dans les écoles. Il faut rappeler que les pays francophones et germanophones sont les principales destinations des exportations italiennes, et que les entreprises manufacturières italiennes ont des liens étroits avec l'économie allemande. Mais il faut aussi ajouter que l'allemand est l'une des principales langues utilisées en Europe et dans le monde pour les brevets industriels. En vertu de la future mise en œuvre du brevet européen unique, les brevets enregistrés en allemand (et en français) auront une valeur juridique en Italie sans qu'il soit nécessaire de les traduire en italien. Ignorer ces langues signifie courir le risque d'enfreindre les droits de propriété industrielle en Italie.

Le moteur de l'Europe

Mais encore : ce sont, qu'on le veuille ou non, les langues de ce qu'on appelle l'axe franco-allemand, qui est le moteur des politiques européennes qui seront encore plus fortes après la sortie du Royaume-Uni. Ne regardez pas les conférences de presse de la Présidente de la Commission européenne, l'Allemande Ursula Von der Leyen, qui utilise souvent l'anglais. Si vous voulez comprendre l'Europe et influencer ses politiques, vous devez être capable de comprendre, d'interpréter et de pénétrer les différentes sphères nationales du débat public où les opinions sont confrontées, formées et fixées avant d'être rassemblées à Bruxelles. L'Union européenne n'est pas, et ne sera peut-être jamais, une grande place où les citoyens se réunissent pour parler et délibérer ensemble dans une seule langue ; elle ressemble plutôt à un village où les décisions sont d'abord prises au sein des différentes familles, puis mises en œuvre par un comité d'experts en charge. Il est donc nécessaire qu'un nombre croissant de personnes puissent comprendre et éventuellement participer aux débats au sein des autres "maisons de village européennes", en particulier les plus grandes, et ce dans les langues qui y sont utilisées. Ce serait une grave erreur de l'ignorer maintenant que la fin de la quarantaine nous permet de rendre à nouveau visite à nos voisins.

© REPRODUCTION CONFIDENTIELLE

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite), revu et corrigé par FTS