Logo de l'OEP
Logo de l'OEP

Les fonctionnaires qui ne connaissent pas le roumain pourraient être congédiés


Zuletzt aktualisiert: 6 Jun 2012

Cet article en français est une traduction d'un article original roumain, elle a été effectué gracieusement par l'un des membres du réseau de traducteurs bénévoles de l'OEP, Nicolas Boldych. Nous le remercions très chaleureusement pour son travail.

Données sur l'article original :

Miercuri, 06 iunie 2012, 11:36
Ce mai votează senatorii, la propunerea lui Oajdea
Bugetarii care nu cunosc limba română ar putea fi concediaţi
>>>>>>>>>>>>>>>

L'article avait été relayé sur le site Portalingua le 22 mai 2012

Le sénat roumain a adopté, lundi, une initiative de loi qui prévoit de mettre fin au contrat de travail des salariés dans les institutions, organismes publiques, ainsi que dans les autres unités relevant du budget de l’état, dans le cas où ces derniers  refuseraient de parler en roumain, proféreraient des insultes  en public, détruiraient ou enlèveraient l'emblème, le drapeau, l'insigne ou un autre symbole de l'état roumain.

La proposition de loi relative à l'amendement de la loi 53/2003  du Code de Travail est due à l'initiative du député indépendant Daniel Oajdea et elle précise le fait que l’embauche des salariés des institutions, des organismes publiques ainsi que des autres unités budgétaires se fait seulement sur la base de concours ou d’examens, selon le cas, et que doivent être remplies des conditions de base, à savoir que toute personne engagée sur le territoire roumain doit maîtriser le roumain tant à l’écrit qu’à l’oral. «Toute personne qui constate qu’on a engagé dans ces institutions des personnes qui ne connaissent pas la langue roumaine  peut s’adresser par le biais d’une plainte écrite à l’institution en cause ou à son supérieur hiérarchique  en charge de ce travail, les personnes nommées devant faire en conséquence l'objet d'une enquête maximum 15 jours après le dépôt de la plainte", est-il encore précisé dans le projet de loi.

Selon l’initiateur de la loi, le Ministère de l'éducation est tenu d'élaborer un guide qui inclura  le niveau de connaissance du roumain sur la base duquel on évaluera par la suite les personnes nouvellement engagées. "Toutes les personnes nouvellement engagées sur le territoire roumain doivent connaître le roumain au niveau B ou C, en fonction de la position occupée", précise le député dans l'exposé des motifs.

Dans l’exposé des motifs, l'initiateur montre de même que le projet de loi ne porte pas atteinte aux minorités vivant sur le territoire roumain, ni n'affecte ou restreint les droits légitimes de ces dernières.

Le sénat est la première chambre à être saisie, avant que la proposition de loi ne soit transmise à la Chambre de députés dans la forme que lui a donné l’initiateur de l’amendement.