Logo de l'OEP
Logo de l'OEP

Le football, une école de plurilinguisme !


Zuletzt aktualisiert: 22 Jun 2014

Grammar & Language, by Trove

publie un excellent article sur la ou plutôt les langues des terrains de foot à l'occasion du Mondial. Nous reproduisons cet article en y ajoutant le commentaire de l'OEP.

On Monday night in Brazil, Swede Jonas Eriksson will serve as the referee for the United States’ World Cup opener against Ghana. Given the language barrier, how will the players and the ref talk to each other? In 2006, Daniel Engber investigated the secret world of World Cup communication. The original column is reprinted below.

Frustrated Polish players complained on Wednesday that a blown call might cost them a chance to advance in the World Cup. On the same day, a Swiss referee made a questionable call that went against the team from Ukraine. What language do soccer players use when they bicker with the refs?

Lire l'article

Analyse de l'OEP

Nous sommes dans une situation naturelle de plurilinguisme.

Les joueurs internationaux jouent avec d'autres joueurs nationaux et internationaux dans des équipes dont ils sont amenés à partager la langue. Il ne s'agit pas de langue littéraire, mais de langue des stades. Autant dire qu'ils apprennent rapidement à se débrouiller avec un vocabulaire minimal. Et cela bien sûr en autant de langues que d'équipes de nationalités différentes ils auront fréquentées, avec le souci de s'intégrer à ces équipes.

S'agissant de l'arbitrage, il se fait sur la base de règlements de jeux traduits dans toutes les langues. Les règles sont connues de tous et répondent à un code, de même nature que le code de la route. Il ne s'agit pas de langues à proprement parler, car les langues ne sont pas des codes. Elles s'expriment donc par quelques mots clés, faciles à retenir, mais aussi et surtout par des gestes (voir à cet égard l'article de Wikipédia). Quand il y a discussion avec l'arbitre, le joueur emploie les mots qu'il connait, l'arbitre se débrouille. La langue n'est pas un problème.

Il y a autant d'intercompréhension que de "lingua franca" dans la manière de communiquer sur les stades.

L'OEP