Logo de l'OEP

Politiques éducatives

Les associations de défense du français répondent à N. Sarkozy ...

Mis à jour : 5 Nov 2009

...au sujet de la réforme du lycée.

Les propos tenus par Nicolas Sarkozy au sujet de l'enseignement des langues étrangères lors de sa communication du 13 octobre sur la réforme du lycée ont donné lieu à peu de réactions hormis celles de l'APLV et de l'OEP lui-même.

Nous avions remarqué que la langue en général, la langue française en particulier, étaient tristement absentes des propos du Président de la République, qu'il s'agisse de la qualité de la langue en général ou de l'illettrisme.

La notion de diversité linguistique et culturelle était également absente du discours présidentiel, manque d'autant plus étrange qu'il sagissait d'un point marquant de la résolution du Conseil Education, Culture et Jeunesse du 21 novembre 2008, résolution à laquelle le gouvernement français avait fortement contribué.

Donc, par défaut, par lecture inverse, tout le monde aura compris que la fausse grande ambition pour les langues affichée par le Préident de la République visait d'abord l'anglais. Une langue étrangère à apprendre pour la masse et deux langues vivantes en plus de la langue maternelle pour "ceux qui le peuvent". C'est bien ce que nous avons entendu et qui a été retenu.

Aussi, les associations de défense de la langue française ont-elle raison de faire de la diversification de l'enseignement des langues de la maternelle à l'université, un préalable à l'extension de l'enseignement de certaines matières générales dans une langue étrangère.

Voici leur communiqué...

Communiqué
des associations de défense de la langue française
relatif à la réforme des lycées.

Selon des propos repris par l'AFP le 13 octobre 2009, le Président de la République a prôné, dans le cadre de la réforme du lycée et du « plan d’urgence pour les langues », le développement "systématique" de "l'enseignement en langues étrangères de certaines disciplines fondamentales", citant l'histoire, les sciences ou l'éducation physique et sportive.

S'il n’est pas de leur ressort de se prononcer sur l’ensemble des propositions effectuées dans le cadre de ce projet, les associations de défense de la langue française sont cependant fondées à réclamer le retrait des propositions de Monsieur Nicolas SARKOZY concernant les langues et figurant dans le plan d’urgence, le respect de la loi Toubon relative à l'emploi de la langue française de 1994 ainsi que de l'article 2 de la constitution, l’organisation d’un grand débat national sur la place du français dans la société et le respect du droit d’étudier et de travailler en français.

En effet, faute d’une véritable politique en faveur de la diversification de l'enseignement des langues étrangères, ces mesures vont se traduire par une place toujours croissante de l’anglais dans l’enseignement au détriment des autres langues étrangères, cette langue étant majoritairement choisie par la plupart des élèves, voire imposée de fait.

Elles reviennent en outre à aggraver la marginalisation du français dans l’enseignement, les menaces qui pèsent sur son avenir et les difficultés des élèves les plus vulnérables à suivre les cours, amplifiant ainsi les inégalités sociales.

Face à ces propositions, les associations de défense de la langue française signataires demandent :

-le maintien de l’enseignement en français de toutes les disciplines qualifiées par le Président de la République de « fondamentales » au lycée comme aux autres niveaux de l’enseignement

-la diversification des langues proposées à l’école primaire et à partir de la sixième

-l’instauration, à terme, de quotas par langues étrangères

Association Francophonie Avenir
Association Francophone d'Amitié et de Liaison
Association pour la Sauvegarde et l'Expansion de la Langue Française
Avenir de la Langue Française
Cercle Littéraire des Ecrivains Cheminots
Collectif Unitaire Républicain de Résistance, d’Initiative et d’Emancipation Linguistique
Défense de la Langue Française
Droit De Comprendre
Forum Francophone International France